Si

15 février 2011


Tu serais probablement déjà parti pour le boulot à l’heure qu’il est. Je serais quelque part près du parc Lafontaine, en train de courir après ce corps si parfait dans ma tête. Une dizaine de kilomètres et j’aurais refait le monde. Le mien, du moins. Trois Oscars, la couverture de Vanity Fair, un appartement à L.A., des vacances en Toscane. Après une longue douche, j’aurais mis le cap sur le Starbucks du coin. Grande latte à la main, j’aurais filé vers le bureau en me demandant encore pourquoi démissionner me demandait tant de courage. Lire la suite »

Sudoku

5 février 2011


Deux vieilles copines se retrouvent dans un café pour la première fois depuis dix ans.  Rapidement, la discussion se met à tourner autour de leurs histoires de cœur.

Femme célibataire : Quatorze ans! Ça fait déjà 14 ans?

Femme en couple : Ouais. On s’était rencontrés chez Jeanne, tu te souviens?

Femme célibataire : Comment oublier? C’est ce soir-là que j’ai surpris Jérôme avec Patricia.

Lire la suite »


Je viens de terminer le troisième tome de ma série pour enfants, qui sera en librairie l’automne prochain aux Éditions La Goélette, une nouvelle qui sera publiée dans un recueil collectif l’hiver prochain et j’ai 200 pages à pondre d’ici la mi-octobre pour une commande qui exige pas mal d’espace sur mon «disque dur mental». (Tout ça, c’est bien sûr EN PLUS du boulot!;-)

J’ai donc parfois besoin de pauses d’écriture ces temps-ci. Je me fais la promesse de relever le défi que je me suis moi-même imposé ici après cette période plutôt intense. En attendant, pour me détendre, je «torture» des auteurs avec ma Flip Mino HD afin de les entendre parler de création. Je m’éclate. Et je prends des notes.

MÀJ 6 février 2011: Le quatrième tome de ma série Lily Têtue sera lancé ce printemps. Ma nouvelle La ronde et ses montagnes russes vient d’être publiée dans le recueil Cherchez la femme (éditions Québec Amérique). J’ai été très malade cet automne, une pneumonie ayant anéanti mon système immunitaire. Ça va beaucoup mieux, mais je n’ai toujours pas terminé les 200 pages de mon manuscrit. En ce moment, j’ai une envie folle d’écrire de la fiction, mais je tente de freiner mes élans jusqu’à la fin de ce projet aussi passionnant que prenant. Malgré tout, il m’arrive de faire des «rechutes» (comme hier) et de venir fureter par ici…

Relâche

13 juillet 2010


Je me suis accordée une semaine de répit, réécriture/écriture et déplacements m’ayant pris beaucoup de temps… Rendez-vous jeudi prochain!

The one

29 juin 2010


Malika venait enfin de changer l’ampoule de sa salle de bain. Quand elle tira le rideau de la douche ce matin-là, elle se retrouva seule sur le tapis rouge qui faisait face à son miroir plein pied. Nue dans la pièce baignée de lumière, elle eût l’impression d’être sous les projecteurs d’un très mauvais spectacle. Ainsi éclairée, la pièce immaculée lui donnait l’impression de voir le contour de son corps pour la première fois. Et elle n’avait aucune envie d’applaudir… Lire la suite »

La petite livreuse

23 juin 2010


Tu t’étais pourtant juré de ne jamais perdre ton temps à grandir. T’en avais rien à foutre de leurs histoire de cash, de cul, de cons. Tu rêvais d’un peu d’aube à boire debout, de tours sans passe-passe, de gros loups pas méchants. Regarder les années sans baisser les yeux, enlacer chaque instant pour lui donner un sens, anéantir l’impossible d’un clignement de paupière. Tu voulais tout, tout le temps, parce que les riens, c’est ça qui donne envie de sauter par la fenêtre.

T’as tout de suite compris que l’amour s’achète en vrac et qu’il vaut mieux se contenter de regarder les autres le consommer. T’as tout de suite vu le désordre s’improviser justicier. Et ramper ceux qui n’ont pas saisi. Tu te contentes de les surveiller, l’âme sous le bras, l’œil grand ouvert, le cœur prêt à décoller. Lire la suite »

Pixels d’étoiles

17 juin 2010


Cette baleine allait la rendre dingue. Elle fît disparaître la fenêtre en maudissant cette nuit d’insomnie, trois ans plus tôt, qui l’avait poussée à créer un profil sur Twitter.

Elle se rabattit sur Facebook. Encore la palourde royale. Deux fois, trois fois, cent fois. Rien ne l’exaspérait davantage que la redondance (sauf une fucking baleine sur fond turquoise).

Elle en vint à se dire qu’il lui faudrait peut-être sentir l’air frais sur sa peau. Ouvrir la porte de sa sweet home de deux pièces et demi et aller à la rencontre d’humains en chair, en os, et en bactéries. Lire la suite »

Le coup de pied

8 mars 2010


J’ai fait de la réalité mon pain quotidien depuis quinze ans. Il est temps de replonger dans la fiction.

Je ne sais plus comment.

Je me sens complètement perdue dans ce monde où tout est possible. Mais j’ai vraiment besoin d’aller m’y promener. J’ai dû trop longtemps contenir les mots et les personnages qui tourbillonnent dans ma tête.

J’ouvre Word pour gagner ma vie. WordPress pour la laisser vivre. C’est un détail tout con, mais moi, les détails tout cons suffisent à enclencher les boutons «stop» et «record» dans ma tête. En ce moment, j’ai besoin de me faire accroire que tout est possible. Ça l’est avec WordPress. Avec Word, j’ai l’impression de bosser…

Je ne sais pas quand débutera officiellement ce défi d’une nouvelle par semaine. Je sais seulement que j’ai besoin d’un coup de pied au cul et que ce premier billet est signe que la semelle s’approche tranquillement de mon arrière-train.

I betta watch out.

À propos